• Paperblog

  • Contact viadeo

    Rejoignez Viadeo, le réseau social professionnel choisi par Claire CAMALY et plus de 7 millions de professionnels

Utilitaire électrique : le Cityvep !

Nous y sommes, après 1 an d’études et de préparation, le 1er Cityvep vient de sortir de nos ateliers !

Le Cityvep est le véhicule polyvalent par excellence. Grâce à ses dimensions réduites, il peut circuler dans des ruelles ou des allées étroites et stationner facilement sans gêner la circulation. Vous pourrez le croiser au Musée du Louvres, où il s’intègre parfaitement et s’avère très pratique.

Développé en partenariat avec FIOR Concept (32), le Cityvep répond aux besoins d’aujourd’hui et de demain. Ce modèle est l’outil idéal des collectivités et des prestataires de service grâce à sa robustesse (charge sur plateau de  1 tonne), sa fiabilité (jusqu’à 40 à 60 km d’autonomie), et sa vitesse de 25km/h. Silencieux et pratique, il est un véritable outil de travail modulable qui s’adapte et accompagne ses utilisateurs.

Utilitaire propre (0 g/km d’émissions de CO2) et économe, le Cityvep est la solution aux micro déplacements et aux arrêts fréquents sur de courtes distances. Perçue comme un investissement responsable, il répond aux besoins de tous et se faufile dans les ruelles des centres historiques, les lieux de passages, les allées de production et de magasins des entrepôts.

Son prix accessible et son design finiront de vous séduire !

Pour plus de renseignement : www.innovep.fr

Le train logistique Innovep permet l’approvisionnement en just-in-time chez Messier Dowty

Le Distrivep version imperméable

Après avoir mis au point et fait évoluer le Distrivep, c’est aujourd’hui une nouvelle option qui a été mise en place : le Distrivep option bâché qui permet de circuler en intérieur et en extérieur, le tout en restant parfaitement étanche !

Innovep a conçu le nouveau système d’approvisionnement des chaînes de fabrication de Messier Dowty, filiale du groupe SAFRAN.

C’est à Bidos, dans une installation de 52000m² qui emploie environ 845 personnes qu’Innovep a mis en circulation son dernier Distrivep étanche. Dans ces usines sont assemblés les trains d’atterrissages, et amortisseurs pour les avions. L’enjeu était donc de taille car les pièces à transporter sont extrêmement fragiles et une parfaite étanchéité est nécessaire.

Le Distrivep été leur permet un approvisionnement optimal des chaînes de montages dans la zone de production ultra moderne et donc sensible. Il permet ainsi :

– La livraison de pièces entre deux bâtiments distincts en flux tendu ;

– Les embases portent outils approvisionnement la ligne de production en continue ;

– Gain de temps et d’effort lors du chargement et du déchargement des embases et de la manipulation des pièces ;

– Absence de chariots élévateurs sur la zone de production -> plus grande sécurité ;

– Diminution des stocks présents sur site grâce à un roulement plus important des navettes ;

– Diminution du nombre de caristes nécessaires à l’opération (1 seul suffit) ;

Spécificités du système :

– Les embases à tiroirs coulissants verrouillés permettent le transport de pièces jusqu’à 100kg par tiroir  ;

– Il est étanche à l’eau et à la poussière ;

– Les toits des remorques sont équipés d’un système de double bâches coulissantes qui permettent le chargement et déchargement des embases rapidement;

– Il effectue 42 navettes / jour ;

– Fermeture rapide des bâches par un système d’aimants ;

– Les embases positionnées dans les remorques bâchées arrivent parfaitement sèches en zone de production (pas de traces au sol);

– Grâce à une protection de blocs mousses, et des patins adaptés, les pièces sont parfaitement protégées des vibrations car elles ne sont pas en contact avec le sol (mais positionnées sur les embases) ;

– Les remorques sont équipées de parties vitrés afin de voir les embases et les pièces transportées sans avoir à ouvrir les bâches ;


« L’étanchéité a été notre principal défi car les pièces devait être protégées de l’humidité et de la poussière » Bruno Pinto, concepteur BE Innovep.

Aujourd’hui, le Distrivep et ses 50 embases sont en circulation à Bidos, aux couleurs d’ISS qui a rédigé le cahier et charge et gérer le dossier.

Approvisionnement flux tendu chez Schneider Electric

Innovep s’est concentré depuis quelques années sur la mise au point de systèmes brevetés capables d’optimiser la fluidité des flux de marchandises.

Fort de son expertise logistique, Innovep a été choisi pour concevoir le nouveau système d’approvisionnement des chaînes de préparation de commande de Newlog, filiale du groupe Schneider Electric.

Cet entrepôt de 27000 m² inauguré en 2005 est au coeur de la logistique globale du groupe Schneider Electric puisqu’il est le dernier intermédiaire avant livraison des produits aux clients finaux. Les colis sont triés automatiquement dans un premier temps puis mis en rayonnages et préparés à l’envoie. Deux équipes se relaient de 5h à 21h pour gérer la personnalisation des produits. Ce sont donc environ 40 personnes qui évoluent au sein de cet entrepôt semi-automatisé.

L’approvep 2 été conçu pour permettre une gestion optimale de l’approvisionnement interne de l’entrepôt. Il permet ainsi :

– une gestion en flux tendu ce qui évite les problèmes de ruptures de stocks grâce à une gestion informatisée en temps réel;

– la réduction des stocks grâce à une rotation accélérée des marchandises entreposées ;

– la mise à disposition chez le client final dans des délais les plus courts possibles et au meilleur coût ;

– une sécurité maximale pour les salariés et une ergonomie très poussée ;

– le système électrique ne demande quasiment aucun entretien ;

– une meilleure gestion de la qualité de la chaîne et donc un service qui se rapproche du « zéro défaut ».

Spécificités du système :

– Il permet la livraison de colis de 0 à 25kg de dimension maxi 600×400 ;

– Il répond à des règles d’ergonomie très précises ;

– Il permet l’approvisionnement de 11 allées de 70m de long sur 3 niveaux ;

– Il traite environ 1250 colis/jour ;

– Il permet le chargement, le transport et le déchargement des colis sans avoir à les manipuler.


« L’ergonomie a été particulièrement étudiée, le cahier des charges était très précis » Stéphane Bories, concepteur BE Innovep.

A ce jour, ce sont quatre Approvep 2 qui circulent dans les entrepôts de Schneider Electric et s’intègrent parfaitement à l’ensemble du système d’approvisionnement et de distribution du groupe.

Batteries lithium : la solution pour nos véhicules électriques professionnels ?

exemple batterie lithium ion véhicule électrique

exemple batterie lithium ion véhicule électrique

La rumeur se répand, des « véhicules au lithium d’accord, mais il n’y en aura pas assez… ». La batterie lithium vient de l’Est, en effet, déjà développée en Asie, c’est en Chine que la mission CPA de l’ESC Toulouse est allée trouver les nouveautés en terme de batterie. Préoccupation majeure d’une société comme Innovep, spécialisée dans le véhicule électrique et au cœur des questions d’autonomie et de durée de vie, la batterie lithium semble être une solution envisageable. L’électrique devient incontournable, tracteurs électriques, chariots de manutention, petits trains logistiques, l’industrie est en demande constante de performance accrue, le lithium est-il la solution ?

Dans quelques années, il y aura pénurie de lithium : FAUX

Le lithium n’est pas un métal rare, néanmoins il est difficile à extraire et exploiter car présent en faible concentration. 200 milliards de tonnes de lithium se trouveraient dans l’océan d’après les dernières estimations, il faut donc trouver des solutions adaptées pour l’extraire avec efficacité. Ce métal a, de plus, l’avantage d’être complètement recyclable et non toxique.

Le lithium rend les batteries plus chères que les batteries classiques : FAUX

L’élément le plus cher d’une batterie lithium ion est la cathode (environ la moitié du prix de la batterie). Néanmoins, celle-ci est constituée de cobalt, métal qui a pris une valeur en bourse considérable. Or ce métal peut aisément être remplacé par du manganèse, bien moins cher.

Les batteries lithium coûteront moins cher à l’avenir : VRAI

La production de masse devrait permettre de rationnaliser les processus de production et donc de bénéficier d’économies d’échelle et d’effet d’expérience. Cela devrait permettre à terme de diviser le prix d’une batterie par 3 jusqu’à avoisiner les 4000 euros (pour une batterie 25 kWh) en 2014.

Innovep étudie donc un projet de véhicules à batteries lithium ion, et continu de suivre les solutions nouvelles pour rester compétitif en matière d’innovation et de performance de ses véhicules électriques!

Source : http://innovep.blog4trade.com

Développement durable : il y a urgence !

greenleaf

 

D’après l’Institut de Veille Sanitaire chargée d’analyser si des liens existent entre la pollution urbaine et la mortalité, les chiffres sont aujourd’hui inquiétants. L’étude portant sur 9 grandes villes françaises, le rapport révèle que la pollution atmosphérique caractérisée par la présence de particules est bien plus importante que la moyenne conseillée par l’OMS (20µg/m 3). D’après le rapport publié en Juin 2008, les villes semblent équivalentes, à l’exception de Bordeaux, légèrement en dessous du seuil conseillé, et Marseille où les niveaux sont les plus élevés. L’essentiel des urbains en France respire donc un air considéré comme pollué par l’OMS. Le lien entre la présence de dioxyde d’azote et d’ozone et le nombre de décès a été clairement établi. Aujourd’hui, il ne s’agit plus d’agir pour seulement sauver les espèces animales lointaines, mais bel et bien, d’agir pour sauver la vie de nos enfants, qui dès le landau respirent cet air pollué. Les particules les plus fines (microparticules) ont été reconnues comme les plus nocives, or ce sont celles produites par les diesels  qui ne sont pas filtrées. Les chiffres sont précis et clairs, nous sommes notre propre menace au quotidien ! Le paradoxe ? Il a été démontré que les diesels produisent des particules plus fines qui ne sont pas filtrées, et donc les plus particules les plus nocives, or en France la part des véhicules Diesel ne cesse d’augmenter !

Le véhicule parfait n’existe pas encore (restons optimiste…), néanmoins, nous pouvons agir pour enrayer ces pics de pollution. Vélo, véhicules hybrides voire totalement électriques, transports en commun… Il faut parfois savoir se remettre en cause !

Taxe carbone : une idée à l’épreuve !

chargement d'un véhicule électrique professionnel

chargement d'un véhicule électrique professionnel

Ne nous précipitons pas, le projet ne vise que 2011 et l’idée a encore le temps d’évoluer d’ici les 15 ans prévus avant d’obtenir la phase finale de la taxe. Inspirée par Nicolas Hulot, et inscrite au Grenelle de l’environnement, elle est mise à toutes les sauces dans la presse.

 
Jean Louis Borloo : « il y aura surement des tas de pièges et des tas de fausses bonnes idées sur le parcours. Ce projet mérite que nous procédions par étapes et que nous le fassions accepter par les consommateurs…Il faut commencer petit et l’augmenter progressivement ».
Pourtant, le principe est simple, puisque l’incitation ne marche pas, on va obliger les choses à changer. C’est une façon de faire peu pédagogique mais qui s’avère néanmoins souvent efficace. Là où les français pensaient voir une tendance verte comme un effet de mode, Nicolas Hulot ne se contente pas de dénoncer, il propose, apprend de nos pays voisins, et agit !

Taxer le CO2 et détaxer autre chose… Le principe est bon, car il ne s’agit pas de rajouter une taxe mais de la compenser par une autre, mais la pratique parait difficile à mettre en œuvre. Petit bémol : une allocation sera versée aux particuliers – les plus méritants (ceux qui consomment le moins) auront la meilleure allocation… Cela n’irait-il pas de pair avec un grave problème social ? Ainsi, si j’habite en centre ville, à 10 min à pied de mon travail où les loyers sont les plus élevés et que je refais l’isolation je suis plus méritant que si j’ai dû partir en banlieue et que j’ai 2h de trajet matin et soir ? De nouveaux débats vont être en jeu et seront inévitables…

Nous avons un temps de retard, ces questions, nous aurions dû nous les poser il y a 20 ans, aujourd’hui, le temps est à l’action. Il est temps d’être innovants, actifs et de ne pas avoir peur des choses.

Cette taxe pourrait être perçue comme une opportunité. Nous avons l’un des meilleurs systèmes scolaires au monde, nos cerveaux fuient le pays, nous avons des écoles, des centres de recherche, des aides à la création de PME, lançons nous et innovons !
Puisqu’une route n’est plus aussi abordable qu’avant, pourquoi ne pas essayer d’en changer ?

Nous ne serions pas les premiers : peu de gens le savent mais la Suède, la Norvège et le Danemark pratiquent déjà cette taxe et ont su adapter leur système et leur fiscalité au concept. Plus grande conscience environnementale ? Disons qu’elle fait partie de leur culture, et que le rapport à la nature et sa préservation est plus développé dans les pays nordiques. Cela prouve toutefois que c’est possible, qu’une économie ne s’effondre pas avec un tel changement, et qu’il faut savoir en tirer profit.

Vision quelque peu utopiste, mais néanmoins optimiste !

La logistique se mettra t’elle au vert ?

Distrivep en application

Distrivep en application

Force est de constater que personne ne peut passer au travers de la tendance verte !

 

Les alertes se multiplient, ses campagnes se suivent et les consommateurs sensibilisés sont de plus en plus attentifs au critère vert du produit. Les usines certifiées ISO, les matériaux changés pour des matières premières durables, les emballages qui reviennent au papier… la supply chain échappera t’elle au roulant compresseur qu’est le développement durable ?

Travailler en flux tendus, limiter les coûts par exemple en limitant le transport, cela pourrait conduire naturellement à limiter les émissions de carbone. Bientôt l’essentiel du prix d’une fraise espagnole se justifiera par le coût du transport qui s’envole. Alors la logistique va-t-elle devoir trouver de nouvelles solutions ?

D’après le dernier rapport de Capgemini et GCI, le transport, les émissions de CO2 et l’urbanisation croissante devront être pris en compte de manière globale pour continuer à rester efficient. En effet, la réduction des coûts à tout prix par la délocalisation risque d’être mise à mal par les nouvelles politiques environnementales qui se multiplient de façon exponentielle.