• Paperblog

  • Contact viadeo

    Rejoignez Viadeo, le réseau social professionnel choisi par Claire CAMALY et plus de 7 millions de professionnels

Approvisionnement flux tendu chez Schneider Electric

Innovep s’est concentré depuis quelques années sur la mise au point de systèmes brevetés capables d’optimiser la fluidité des flux de marchandises.

Fort de son expertise logistique, Innovep a été choisi pour concevoir le nouveau système d’approvisionnement des chaînes de préparation de commande de Newlog, filiale du groupe Schneider Electric.

Cet entrepôt de 27000 m² inauguré en 2005 est au coeur de la logistique globale du groupe Schneider Electric puisqu’il est le dernier intermédiaire avant livraison des produits aux clients finaux. Les colis sont triés automatiquement dans un premier temps puis mis en rayonnages et préparés à l’envoie. Deux équipes se relaient de 5h à 21h pour gérer la personnalisation des produits. Ce sont donc environ 40 personnes qui évoluent au sein de cet entrepôt semi-automatisé.

L’approvep 2 été conçu pour permettre une gestion optimale de l’approvisionnement interne de l’entrepôt. Il permet ainsi :

– une gestion en flux tendu ce qui évite les problèmes de ruptures de stocks grâce à une gestion informatisée en temps réel;

– la réduction des stocks grâce à une rotation accélérée des marchandises entreposées ;

– la mise à disposition chez le client final dans des délais les plus courts possibles et au meilleur coût ;

– une sécurité maximale pour les salariés et une ergonomie très poussée ;

– le système électrique ne demande quasiment aucun entretien ;

– une meilleure gestion de la qualité de la chaîne et donc un service qui se rapproche du « zéro défaut ».

Spécificités du système :

– Il permet la livraison de colis de 0 à 25kg de dimension maxi 600×400 ;

– Il répond à des règles d’ergonomie très précises ;

– Il permet l’approvisionnement de 11 allées de 70m de long sur 3 niveaux ;

– Il traite environ 1250 colis/jour ;

– Il permet le chargement, le transport et le déchargement des colis sans avoir à les manipuler.


« L’ergonomie a été particulièrement étudiée, le cahier des charges était très précis » Stéphane Bories, concepteur BE Innovep.

A ce jour, ce sont quatre Approvep 2 qui circulent dans les entrepôts de Schneider Electric et s’intègrent parfaitement à l’ensemble du système d’approvisionnement et de distribution du groupe.

Publicités

Green logistique et flux tendu : un combat perdu d’avance ?

agir sur le transport

agir sur le transport

 

La contradiction n’est pas difficile à trouver si on s’en tient aux principes du flux tendu : l’approvisionnement doit arriver juste à temps pour la production afin de limiter au maximum le temps de stockage et le produit final doit repartir aussi vite que possible afin de limiter stockage et délais. C’est pourquoi on pouvait parfois voir des containers à moitié remplis prendre la route vers les distributeurs.

Or le développement durable cherche à limiter au maximum le transport, un pari perdu d’avance ? Pas si sûr que ça… Effectivement, la notion de flux tendu est bien ancrée dans la logistique actuelle, d’autant qu’elle a fait ses preuves en terme de coûts. Néanmoins, optimiser au maximum le taux de remplissage d’un camion est un levier qui permet d’agir directement sur les coûts de transport.

Pour cela, les entreprises peuvent compter sur l’innovation et sur de nouvelles pratiques. Par exemple, améliorer le conditionnement et l’emballage du produit après une étude précise peuvent être l’un des meilleurs moyens d’agencer les produits dans un camion de façon optimale. L’action peut aussi se faire en amont, une réorganisation de la production peut amener à obtenir des quantités optimisées pour le transport et à réduire les départs de camions ayant un taux de remplissage faible.

Le prix du transport ne peut que s’accroître dans les années à venir, alors de nouvelles solutions vont devoir voir le jour. On peut imaginer un léger recul au niveau des délais, par exemple en mettant en place des plates-formes de « stockage courte durée » qui permettront de jouer l’intermédiaire entre la production et le transport. Ainsi, le remplissage sera optimisé ! Tout est question de calcul, le coût du transport d’espace vide est t’il plus important que celui du stockage d’un produit… pour l’instant peut-être pas, mais dans les décennies à venir, c’est à voir !

Les flux tendus sont largement dépendants des transports, or ceux-ci risquent une réorganisation complète avec les pénuries de pétrole… Aussi, on peut raisonnablement penser que le flux tendu ne disparaitra jamais car les clients seront toujours plus exigeants, mais qu’il devra s’adapter et se renouveler selon l’évolution de la situation mondiale.

Logistique durable : une démarche globale !

Approvisionnement en flux tendu

Approvisionnement en flux tendu

 

Le développement durable entre souvent dans l’entreprise par la logistique. Fait quelque peu révélateur des points d’amélioration possibles de l’entreprise, et donc de ses faiblesses en terme de gaspillage. La logistique dans son ensemble, est un secteur qui a évolué vite et qui regroupe l’essentiel des coûts d’un produit (approvisionnement, transport, coût des matières premières, retours…). C’est aussi l’un des secteurs où les solutions durables se sont développé le plus vite, preuve que le processus de flux tendu n’était pas encore arrivé à maturité complète.

La logistique durable semble donc en bonne voie. Le contexte étant ce qu’il est, les facteurs, qui jusque là permettaient d’initier une démarche plus responsable, devraient s’exacerber et pousser les entreprises vers un projet global de développement durable. On note 3 facteurs principaux :

–       La rareté accrue des matières premières ;

–       Une règlementation nationale et internationale de plus en plus stricte ;

–       Une plus grande sensibilité du consommateur aux labels qualité et écologiques.

Néanmoins, nous sommes encore loin d’une logistique verte globale.

Focus – d’après l’Observatoire de la Supply Chain :

–       83% des entreprises ont une stratégie environnementale (à plus ou moins long terme)

–       35% de ces entreprises ont mis en place une supply chain verte (principalement axée sur l’éco-conduite et une optimisation du chargement)

Alors qu’aujourd’hui les entreprises sont confrontées à 3 points majeurs : maitrise des coûts, maitrise de la qualité et optimisation de la réactivité de l’organisation.

La seule solution à ces enjeux est une approche globale de l’ensemble des services et des processus. L’entreprise ne doit pas se cloisonner à améliorer un service indépendamment d’un autre mais envisager des innovations et des réorganisations durables et transversales. La coordination des flux physiques (matières premières, produits…) et des flux d’information doit se faire dans son ensemble et une certaine interdépendance doit être conservée entre les divisions.

Les actions ponctuelles bien qu’efficaces trouveront rapidement leurs limites dès lors que les normes s’intensifieront. L’idéal serait donc de concilier actions à effet immédiat et investissements à long terme.

Le processus durable va de la définition des objectifs à l’extension du projet aux fournisseurs (point développé dans l’article Réaliser une logistique durable dans son entreprise).

« Mieux vaut prendre le changement par la main, avant qu’il ne nous prenne à la gorge » Churchill